Droits réservés : Daniel Rose concepteur-éditeur, 2019

  • Facebook Social Icône

Veuve de Louis d'Ailleboust, ancien gouverneur de la Nouvelle-France, elle est la co-fondatrice de la Confrérie de la Sainte-Famille. Ce groupe de filles et de femmes s'engagent à faire la promotion des valeurs chrétiennes à l'intérieur de leur famille.

Deux raisons peuvent expliquer la présence de cette femme à la signature du contrat de mariage de Noël et Marie.  D'abord, De Courcelles et Talon courtisent la veuve.  L'autre raison est le lien probable entre Barbe et les futurs mariés. Ce lien vient de son défunt mari, Louis d'Ailleboust.  En 1638, Louis demeure rue de Bièvres à Paris.  Cette rue de la rive gauche débute au quai de la Tournelle pour se terminer place Maubert dans le quartier où demeurent les Rose.  Lors de son départ pour la Nouvelle-France, lui et sa femme, Barbe, habitent rue des Morfondus.  Cette rue, devenue la rue St-Étienne-du-Mont, aboutit à la Contrescarpe.  On peut donc supposer que les de Courcelles connaissent Noël  pour avoir côtoyer les Rose dans le quartier Sainte-Geneviève.  Par ce lien, Barbe est peut-être la marraine spirituelle de Marie, la nouvelle membre de la confrérie qui désire expier son statut de fille-mère.

Pour en apprendre +

Louis d'Ailleboust